son jeu serait aérien, volant

< Previous | Next >

simenon

Senior Member
italien
Bojour,
j'ai encore un doute sur un morceau tiré de Soifs de M-C Blais.
Un personnage, Tanjou, marche vers le terrain de tennis et il pense : « son jeu serait aérien, volant, pensait-il, il renverrait la balle avec une précision décisive de l’autre côté du filet, n’y verrait-il pas soudain la silhouette de Jacques [son ami mort] contre la blancheur rose du ciel, quand ce joueur cesserait-il de voler, dirait de lui son partenaire, il se soutient dans l’air de l’aile de sa raquette, narquoise figure ailée, quand ces Orientaux cesseront-ils de nous dépasser, n’avaient-ils pas trop d’adresse, avec quelle précision Tanjou lui renverrait la balle dans ses légères chaussures de tennis,»
Est-ce que dire que "son jeu serait aérien, volant" est une allusion à un style de tennis, par exemple au fait de jouer en effectuant beaucoup de volées, ou il faut prendre la phrase de façon au même temps plus littéral et plus abstraite en pensant qu'il va voler, sauter beaucoup, courir très vite comme s'il volait, je ne sais pas... En appui de l'interprétation littèrale, il y la suite (que j'ai cité) où l'on imagine son partenaire qui dit qu'il "vole", qu'il "se soutient dans l'air de l'aile de sa raquette".
J'ajoute que plus avant dans le roman, la même phrase est prononcée par un autre personnage, un adversaire, je croit. Voilà le morceu: "Adrien et Suzanne marchaient, main dans la main, vers le court de tennis, les jardins odorants de fleurs ouvertes sous des gouttes de rosée, aujourd’hui, j’en suis sûre, dit Suzanne, le jeu de Tanjou sera aérien, ne nous surprend-il pas toujours de son envol courtois au-dessus du filet,"
Là aussi, je ne sais pas comment faut-il interpréter ce "envol courtois", mais je crois qu'il s'agit du même problème.
Qu'en pensez-vous?
Merci
 
Last edited:
  • Piotr Ivanovitch

    Senior Member
    Français
    Est-ce que dire que "son jeu serait aérien, volant" est une allusion à un style de tennis, par exemple au fait de jouer en effectuant beaucoup de volées,
    Non, ce n'est pas ça : un jeu comportant beaucoup de volées serait un jeu voleyé.
    ou il faut prendre la phrase de façon au même temps plus littéral et plus abstraite en pensant qu'il va voler, sauter beaucoup, courir très vite comme s'il volait,
    Oui, c'est ça l'image, qu'on retrouve d'ailleurs dans « il se soutient dans l’air » .
     

    Piotr Ivanovitch

    Senior Member
    Français
    pour ce qui est de « envol courtois », utilisé pour caractériser un jeu aérien, je déduis du contexte qu'il s'agit d'un jeu gracieux, raffiné, élégant, ou bien alors - au sens médiéval - chevaleresque, loyal...
    Je pense plus à une référence littéraire classique qu'à un jeu de mots contemporain.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Je comprends comme Piotr : un envol gracieux, élégant.

    Si ç'avait été une référence à court de tennis, je pense qu'on aurait plutôt trouvé un néologisme comme courtesque.
     

    Bezoard

    Senior Member
    French - France
    Dans tous les cas de figure, l'adjectif courtois n'est pas franchement adapté ici et c'est une déformation de plus de la langue à laquelle se livre l'autrice, ce qui est bien sûr son droit le plus strict, même si on y est plus habitué dans la poésie que dans le roman.
     
    Last edited:

    Piotr Ivanovitch

    Senior Member
    Français
    Comme le jeu de Federer en somme...
    J'avais d'abord pensé à Stefan Edberg (qui fut un temps l'entraîneur de Federer) : distingué, aussi élégant dans son jeu que dans son comportement sportif, ses enchaînements service-volée méritaient bien le qualificatif d'« aériens ».
     
    < Previous | Next >
    Top