imparfait / passé composé

< Previous | Next >

Maître Capello

Mod et ratures
French – Switzerland
il faut employer l'imparfait si l'évènement ne se produit plus
Non, pas nécessairement. C'est plutôt que si l'action se produit toujours, l'imparfait est impossible, mais si elle ne se produit plus, le choix entre l'imparfait et le passé composé dépend entièrement du contexte.

Mais si je dis par exemple je l'ai toujours aimé, cela veut dire que je l'aime encore.
Non, pas nécessairement non plus. Si vous l'aimez encore, il est certes possible de dire Je l'ai toujours aimé, mais c'est surtout pour insister sur la continuité de cet amour, car habituellement on emploiera en fait plutôt le présent pour une action en cours : Je l'aime toujours. Quoi qu'il en soit, Je l'ai toujours aimé peut aussi se dire si vous ne l'aimez plus ou si vous ne pouvez plus l'aimer parce qu'il est mort.

Je me souviens que j'ai été comme eux
Dans ce cas, les deux temps sont possibles, mais l'imparfait serait plus usuel étant donné qu'il s'agit du verbe être, cf. être - passé composé / imparfait - j'ai été / j'étais, etc.

Surtout quand elle a été heureuse.
Ici aussi, les deux temps sont possibles, mais le passé composé est nettement préférable étant donné qu'il y a clairement un lien entre le passé et le présent (cf. la phrase qui précède : On ne se défait jamais de son enfance).
 
Last edited:
  • Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    4a. Tiens, voilà Marc ! Je le cherchais toute la matinée. :thumbsdown: (Le toute la matinée rend l'imparfait inapproprié comme il ne s'agit pas d'une habitude et que ce n'est pas une circonstance pendant laquelle un autre événement serait survenu.)
    Je le cherchais toute la matinée ne pourrait pas être une description ? Je raconte à quelqu'un que je cherchais Marc (pour moi, c'est une description de l'action) et je précise toute la matinée.

    5a. Jusqu'à ce jour, il ne venait jamais chez moi. :thumbsup:ce jour = ce jour-là, un certain jour du passé → Maintenant ça a changé : depuis ce jour il vient régulièrement chez moi.
    Et s'il continue de m'éviter, est-ce que je pourrai dire Jusqu'à ce jour, il ne venait jamais chez moi ? À mon avis, je décris la situation : il ne venait jamais chez moi, mais mon interlocuteur ne peut pas savoir si la personne en question avait changé d'avis ou pas.

    C'est plutôt que si l'action se produit toujours, l'imparfait est impossible
    Je ne comprends pas pourquoi.

    Merci
     
    Last edited:

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Je le cherchais toute la matinée ne pourrait pas être une description ? Je raconte à quelqu'un que je cherchais Marc (pour moi, c'est une description de l'action) et je précise toute la matinée.
    Seulement si c'est une action donnant le cadre d'une autre action qui serait survenue pendant cette action en cours, ce qui est incompatible avec toute la matinée. Exemple :

    Je cherchais Marc depuis le début de la matinée quand je suis tombé sur David. :tick:
    Je cherchais Marc pendant toute la matinée (quand je suis tombé sur David). :cross:

    Et s'il continue de m'éviter, est-ce que je pourrai dire Jusqu'à ce jour, il ne venait jamais chez moi ? À mon avis, je décris la situation : il ne venait jamais chez moi, mais mon interlocuteur ne peut pas savoir si la personne en question avait changé d'avis ou pas.
    Non, dans ce cas vous devez utiliser le passé composé ou le présent selon le contexte. L'imparfait est impossible étant donné que l'affirmation est toujours vraie aujourd'hui : à ce jour, il n'est toujours pas venu chez le locuteur.

    Jusqu'à maintenant il n'est (encore) jamais venu chez moi.
    Jusqu'à maintenant il ne vient jamais chez moi.


    Je ne comprends pas pourquoi.
    C'est ainsi : l'imparfait ne s'emploie que pour des actions révolues ; il ne peut jamais s'employer pour des actions qui durent encore maintenant.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci, j'espère que je m'habituerai un jour.

    l'imparfait ne s'emploie que pour des actions révolues ; il ne peut jamais s'employer pour des actions qui durent encore maintenant.
    Lors d'une visite chez le vétérinaire, celui-ci m'a dit que je m'inquiétais trop pour mon lapin. Puis, en voyant que j'étais fâchée, il a ajouté :

    - Je ne voulais en aucun cas vous blesser.

    Pourquoi il a dit Je ne voulais pas, j'imagine qu'il continuait de penser ce qu'il avait dit, il n'a pas changé d'avis ? Selon moi, cette action durait toujours lorsqu'il me parlait.
     

    Michelvar

    Quasimodo
    French / France
    Pourquoi il a dit Je ne voulais pas, j'imagine qu'il continuait de penser ce qu'il avait dit, il n'a pas changé d'avis ? Selon moi, cette action durait toujours lorsqu'il me parlait.
    Il continue de ne pas vouloir vous blesser, mais il a fini de dire sa phrase, il n'est plus en train de vous blesser. L'action blessante est finie.

    Par exemple, s'il vous frappe avec un marteau, puis cesse de vous frapper, et vous parle, il dit "je voulais vous blesser".
    S'il vous frappe avec un marteau, et continue à vous frapper tout en disant la phrase, il dit : "je veux vous blesser".
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Autrement dit, le vétérinaire sous-entend :

    Quand je vous ai dit que vous vous inquiétiez trop pour votre lapin, je ne voulais en aucun cas vous blesser.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci beaucoup pour vos réponses.

    Je cherchais Marc depuis le début de la matinée quand je suis tombé sur David. :tick:
    Je cherchais Marc pendant toute la matinée (quand je suis tombé sur David). :cross:
    C'est bizarre : pour moi, depuis le début et pendant toute la matinée sont des détails insignifiants, mais ils changent la forme verbale...
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Seulement si c'est une action donnant le cadre d'une autre action qui serait survenue pendant cette action en cours, ce qui est incompatible avec toute la matinée. Exemple :

    Je cherchais Marc depuis le début de la matinée quand je suis tombé sur David. :tick:
    Je cherchais Marc pendant toute la matinée (quand je suis tombé sur David). :cross:
    J'ai relu cette phrase plusieurs fois, mais je ne comprends toujours pas pourquoi il est impossible d'écrire Je cherchais Marc pendant toute la matinée (quand je suis tombé sur David).
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Si vous faites quelque chose pendant toute la matinée, vous donnez à la fois le début et la fin de l'action (par exemple de 8 heures à midi), ce qui est incompatible avec un imparfait circonstanciel. L'action circonstancielle de l'imparfait est en effet interrompue par la proposition temporelle (quand je suis tombé sur David). C'est pourquoi dans ce cas cela n'a pas de sens de préciser sa fin. Au contraire, avec depuis le début de la matinée, vous n'indiquez que le point de départ et aucun point d'arrivée. C'est donc un complément de temps approprié avec l'imparfait circonstanciel.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci, j'ai trouvé toutes les formules « passé composé/imparfait » sur le site Le Fle.

    Donc, quand j'écrivais un courriel aux deux vétérinaires qui s'occupaient de mon lapin, j'aurais dû écrire :

    Puis, plusieurs fois, j'ai voulu vous remercier et non Puis, plusieurs fois, je voulais vous remercier ?

    Pour moi, il s'agissait d'une description, mais, d'après ce site, il faut employer le passé composé dans cette phrase à cause de plusieurs fois. Ces formules sont très pratiques, mais la logique reste pas vraiment « naturelle » pour moi...
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    4a. Tiens, voilà Marc ! Je le cherchais toute la matinée. :thumbsdown: (Le toute la matinée rend l'imparfait inapproprié comme il ne s'agit pas d'une habitude et que ce n'est pas une circonstance pendant laquelle un autre événement serait survenu.)
    4b. Tiens, voilà Marc ! Je l'ai cherché toute la matinée. :thumbsup: (Il l'a cherché à un moment précis : pendant toute la matinée → passé composé.)
    Toute mon enfance, il a hanté mes nuits, a surgi dans mes cauchemars.

    D'après l'explication, il faut employer le passé composé à cause de toute mon enfance. Mais, à mon avis, c'est une habitude ou une description. Est-il possible d'utiliser l'imparfait ici ?

    Merci
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Bonjour,

    Après un meurtre aux Arums Mauves, Anastasia surveille en permanence ses élèves et elle est très fatiguée. Elle pense :

    J’imagine qu’ils ont été aussi ennuyés par ma soudaine constante présence auprès d’eux.

    Je pense qu'il faut employer le passé composé ici, mais je ne suis pas sûre. Est-ce correct ?

    Merci
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Impossible de vous répondre sans davantage de contexte. Le passé composé est a priori le temps adéquat, mais l'imparfait peut être plus adapté dans certains contextes particuliers.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Un élève a été trouvé mort à l'école. Le lendemain, les surveillants veillent sur leur groupe. Anastasia aussi a passé toute la journée près de ses élèves. Tout le monde a peur. À vrai dire, je ne sais pas quoi d'autre je pourrais ajouter. Mais j'espère que le passé composé convient ici.
     

    Terio

    Senior Member
    Français (Québec)
    Un élève a été trouvé mort à l'école : Le passé composé est tout à fait approprié.

    Par la suite, les changements de temps ne sont pas très appropriés :

    Le lendemain, les surveillants veillent sur leurs groupes. (Il y a vraisemblablement plus d'un groupe). Le présent fait tout à fait l'affaire. Il donne plus de fuidité au texte. On s'est situé dans le passé avec la première phrase. Inutile d'alourdir le texte avec un autre verbe à un temps passé.

    Anastasia aussi a passé toute la journée près (meilleur : auprès) de ses élèves. Près : à peu de distance. Auprès a une connotation plus forte d'accompagnement. (passé composé).


    Tout le monde a peur : On revient au présent.

    Ces changements ne sont pas très heureux. Mieux vaudrait s'en tenir au présent :

    Un élève a été trouvé mort à l'école. Le lendemain, les surveillants veillent sur leurs groupes. Anastasia aussi passe toute la journée auprès de ses élèves. Tout le monde a peur.
     

    Locape

    Senior Member
    French
    Après un meurtre aux Arums Mauves, Anastasia surveille en permanence ses élèves et elle est très fatiguée. Elle pense :
    J’imagine qu’ils ont été aussi ennuyés par ma soudaine constante présence auprès d’eux.
    Je pense que cela dépend plus de la manière dont l'histoire est racontée, des phrases qui précèdent pour pouvoir choisir le temps approprié pour le récit. Ici, c'est la voix intérieure d'Anastasia, mais il semble qu'elle continue de les surveiller et qu'elle se rend compte alors qu'elle est très fatiguée. Ce n'est donc pas une action passée. Personnellement, je verrais mieux le présent de narration, mais l'adjectif 'soudaine' semble indiquer que c'est surtout cela qui les gênaient, et que cela ne les ennuie plus.
    Par exemple : 'je dois les surveiller en permanence et je suis si fatiguée, j'imagine qu'eux aussi ont été ennuyés par ma soudaine présence constante auprès d'eux'.
    Ou si cette gêne continue : 'je dois les surveiller en permanence et je suis si fatiguée, j'imagine qu'eux aussi sont ennuyés par ma présence constante auprès d'eux'.
    Ou alors avec l'imparfait, le récit d'une action achevée : 'je devais les surveiller en permanence et j'étais si fatiguée, j'imagine qu'eux aussi étaient ennuyés de ma soudaine présence constante auprès d'eux'.
     

    nicduf

    Senior Member
    français
    Pour déterminer dans une phrase l'emploi d'un temps ou d'un autre, le contexte est primordial. Donner le contexte dans ce cas signifie donner avec exactitude "le texte" qui précède l'extrait où se pose le problème et parfois même celui qui le suit. Raconter, résumer l'histoire qui précède ne suffit pas, on ne peut alors faire que des suppositions et envisager plusieurs possibilités.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Je vous remercie.

    Malheureusement, d'après mon expérience, les éditeurs n'aiment pas du tout voir des morceaux d'une histoire publiés ici et là, c'est pourquoi j'essaie d'expliquer le contexte.

    Après un meurtre aux Arums Mauves, Anastasia surveille en permanence ses élèves et elle est très fatiguée. Elle pense :

    J’imagine qu’ils ont été aussi ennuyés par ma soudaine constante présence auprès d’eux.
    Anastasia a surveillé son groupe pendant toute la journée, sans quitter ses élèves. Habituellement, les surveillants sont beaucoup plus relaxes aux Arums Mauves, c'est pour cette raison que j'ai écrit ma soudaine constante présence. Au moment où Anastasia dit cette phrase, les élèves dorment déjà, il fait nuit, c'est pourquoi j'utilise le passé. Maintenant, grâce aux questions de Locape, je comprends mieux de quel contexte parlait MC.

    Merci, Terio, oui, il vaut mieux sans doute ne pas alterner constamment le présent et le passé lorsque j'essaie d'expliquer le contexte.

    Les surveillants veillent sur leur(s) groupe(s). À mon avis, les deux options sont possibles. Je préfère le singulier, car, justement, chaque surveillant veille sur son groupe et non sur ses groupes.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Bonjour,

    Thomas pense :

    Souvent, j’oubliais d’appeler mes copines ou j’avais simplement la flemme. La relation ne faisait jamais long feu et je ne le regrettais aucunement.

    La phrase 2 au passé composé ("j'ai toujours regardé les actualités avant de faire ma toilette") signifie que vous ne voyez aucune exception à ce fait. Si vous la dites à l'imparfait, "Je regardais toujours les actualités avant de faire ma toilette", cela signifie que vous aviez l'habitude de regarder les actualités avant de faire votre toilette, mais qu'il y a bien sûr eu quelques exceptions.
    La prhase "il n'était jamais malade" est possible, mais elle ne signifie pas "il n'a pas été malade, même pas une seule fois", elle signifie "Il n'avait pas l'habitude de tomber malade."
    Donc, selon les explications de Fred, il est possible d'employer le passé composé, La relation n'a jamais fait long feu ce qui signifiera aucune relation, sans exception. Mais le problème est que tous les verbes sont à l'imparfait. Est-ce que je peux tout de même utiliser le passé composé ?

    Merci
     

    Locape

    Senior Member
    French
    Pour moi, utiliser le passé composé implique qu'il ne parle que d'une relation, il faudrait alors le mettre au pluriel (les relations n'ont jamais fait long feu). Avec l'imparfait, on comprend que c'est une habitude chez lui, et qu'aucune relation ne durait. Comme en effet les autres verbes sont à l'imparfait, je préfère ta première version.
     

    Icetrance

    Senior Member
    US English
    Si l'on disait "il n'était jamais malade", on voudrait dire: retrospectivement, c'était comme elles étaient les choses pendant que la dite période de temps durait (son déroulement). Il ne s'agirait vraiment pas d'une évaluation d'une période de temps considérée dans son entièreté. À l'imparfait, on répondrait à la question: comment étaient les choses durant une certaine durée, ou bien en d'autres mots, qu'est-ce qui se passait, et non pas "s'est passé"? On parle plus d'un état ou d'une action dans son déroulement, et non pas d'un état ou d'une action survenue de son début jusqu'à sa fin.

    il n'était jamais malade = comment il était pendant que le passé se déroulait: il ne devenait jamais malade

    il n'a jamais été malade = l'emphase est mise sur le fait de ne jamais être tombé malade durant une certaine période de temps

    C'est comme ça je vois les choses depuis longtemps.

    Ça y est, vous comprenez maintenant?

    Bonne chance à vous, Alessa Azure. Préserverez, vous y êtes presque!
     
    Last edited:

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Bonjour,

    Samuel parle de la période qui succède à la mort de sa femme :

    J’étais certain que plus rien ne pourrait me perturber, tant la douleur a été/était lancinante.

    Je pense que les deux variantes sont possibles : le passé composé insiste sur le résultat et l'imparfait sur la description. Est-ce correct ?

    Merci
     

    Michelvar

    Quasimodo
    French / France
    tant la douleur a été/était lancinante
    La principale est à l'imparfait, le narrateur parle de son passé. La concordance des temps nous interdit d'avoir recours au présent ou au passé composé. Nous avons droit :
    • Au plus que parfait pour marquer une antériorité : J'étais certain que ..., tant la douleur avait été lancinante. Au moment dont on parle, la douleur avait été lancinante, elle ne l'était plus, ou l'était moins.
    • A l'imparfait pour marquer la simultanéité : J'étais certain que ..., tant la douleur était lancinante. Au moment dont on parle, la douleur était toujours lancinante.
    • Au conditionnel présent pour marquer la postérité : J'étais certain que ..., tant la douleur serait lancinante. Au moment dont on parle, la douleur n'avait pas encore été lancinante, elle le deviendrait si quelque chose venait perturber le narrateur.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Au vu du contexte, seul l'imparfait est possible dans votre exemple :

    J’étais certain que plus rien ne pourrait me perturber, tant la douleur était lancinante.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Bonjour,

    Romane, cachée dans les buissons, écoute la conversation entre Valérian et Noée. Cette dernière parle du père de Romane :

    Il n’a rien voulu / ne voulait rien entendre lorsque je lui ai suggéré de partir.

    Je pense qu'il faut employer l'imparfait, mais quelqu'un m'a dit qu'il fallait utiliser le passé composé. Est-ce que les deux options sont possibles ?

    Merci
     

    Terio

    Senior Member
    Français (Québec)
    Je pense qu'on peut utiliser les deux temps.

    « Il n'a rien voulu entendre lorsque je lui ai suggéré de partir. » Ici, le refus est senti comme ponctuel, comme une réaction à la suggestion. Si, par la suite, il est parti, ce n'est visiblement pas en réponse à cette suggestion.

    « Il ne voulait rien entendre lorsque je lui ai suggéré de partir. » Ici, vouloir est senti comme duratif : son attitude négative paraît plus générale, plus chronique qu'avec le passé composé. Elle ne semble pas découler de la suggestion ; elle semble avoir existé avant celle-ci. Et il est bien possible que la suggestion l'ait fait changer d'idée.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci.
    son attitude négative paraît plus générale, plus chronique qu'avec le passé composé. Elle ne semble pas découler de la suggestion ; elle semble avoir existé avant celle-ci. Et il est bien possible que la suggestion l'ait fait changer d'idée.
    Je ne comprends pas la dernière phrase. En raison de la suggestion de Noée, le père de Romane a décidé de partir ? En réalité, il n'est pas parti.

    Seul le contexte complet nous permettrait de trancher.
    Romane se retrouve dans un étrange univers à la place d'Olivia, fille de Bélonice et petite-fille de Noée. Romane suit en cachette Valérian qui se dirige vers la maison de Noée (enfin, Romane pense que c'est sa maison), elle se cache près de la fenêtre pour écouter leur conversation. Valérian et Noée arrivent dans le salon et Romane les entend mieux. Valérian demande à Noée si sa petite-fille est importante pour elle (parce qu'il mène des expériences sur ses victimes, mais Romane ne le sait pas à ce moment). Noée lui répond (à Valérian) :

    — Olivia ? (Romane est dans le corps d'Olivia, mais personne ne le devine). (…) Il (le père d'Olivia) se prenait pour un chevalier en constante quête d’amélioration du monde. Il n’a rien voulu / ne voulait rien entendre lorsque je lui ai suggéré de partir. (…) Dommage, il aurait pu rester en vie.
     

    Locape

    Senior Member
    French
    Pour ma part (si j'ai bien compris le contexte), je dirais 'Il ne voulait rien entendre lorsque je lui suggérais de partir'. Ou 'Il n'a rien voulu entendre lorsque je lui ai suggéré de partir'. J'interprète l'imparfait comme des actions qui durent, elle lui a suggéré plusieurs fois de partir, et à chaque fois il refusait de le faire ; et le passé composé comme une action ponctuelle, elle lui a suggéré une seule fois, et il a refusé de l'écouter.
     

    Terio

    Senior Member
    Français (Québec)
    Je ne comprends pas la dernière phrase. En raison de la suggestion de Noée, le père de Romane a décidé de partir ? En réalité, il n'est pas parti.
    Avec le passé composé, on relate deux faits qui se sont succédé:

    Moment 1 : Suggestion

    Moment 2 : Refus.

    Avec l'imparfait, on évoque une attitude (le refus de partir) qui a commencé et qui a duré dans le passé, mais la fin de cette attitude reste ouverte. On saura peut-être plus tard si elle a pris fin par la suite. On apprendra peut-être qu'elle dure encore.

    On a donc une durée a → → →→ b (la durée du refus), aux contours flous (on ne situe exactement ni le début ni la fin) et un moment 1 : la suggestion. a → → 1 →→ b

    (Par ailleurs, si les deux verbes étaient à l'imparfait, on verrait une répétition et de la suggestion et du refus, sur une période passée : chaque fois qu'on lui suggérait, il refusait.)
     
    Last edited by a moderator:

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci beaucoup pour vos réponses. Est-il possible de dire Il ne voulait rien entendre lorsque je lui ai suggéré de partir ? Pour moi cela signifie : Noée lui a demandé de partir une fois, mais il n'est pas parti : ni tout de suite, ni un mois plus tard. Et aussi comme Terio a dit :
    son attitude négative paraît plus générale, plus chronique qu'avec le passé composé.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Est-il possible de dire Il ne voulait rien entendre lorsque je lui ai suggéré de partir ?
    Possible, oui, mais seulement s'il ne voulait rien entendre avant même que Noée ne lui dise quoi que ce soit.

    Si c'est un désir unique, consécutif à la demande de Noée, seul le passé composé me semble vraiment approprié.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci, c'est une autre question :

    Romane pense (**) :

    Je ne sais toujours pas qui m’a fait entrer dans l’univers du conte — Gaétan ou Denis ? Lorsque j’ai vu / je voyais le regard étonné de Valérian, j’étais convaincue qu’il s’agissait de Denis. (*)

    Gaétan est un collègue de Romane, Denis est son ami d'enfance et Valérian est un homme avec un chien, qui mène des expériences sur des êtres vivants.

    Romane a suivi Valérian et son chien, Dixie, jusqu'à son laboratoire. Lorsque Valérian est parti, elle est entrée et a commencé à libérer les prisonniers. Valérian est revenu, mais Romane et Olivia (la fille de Bélonice) ont réussi à le neutraliser (moment *) et lorsque Valérian tombait, Romane a intercepté son regard.

    Ensuite, Bélonice et Dixie ont aidé Romane à revenir chez elle. Romane pense. (moment **)

    Je pense que les deux temps sont possibles ici, mais le passé composé est plus courant. Est-ce correct ?
     
    Last edited:

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Si Romane n'a vu le regard étonné de Valérian qu'une seule fois comme ce semble être le cas, seul le passé composé convient.

    lorsque Valérian tombait
    Que voulez-vous dire par là ? Je ne comprends ni pourquoi vous avez utilisé le verbe tomber ni pourquoi vous l'avez conjugué à l'imparfait plutôt qu'au passé composé…
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci.
    Si Romane n'a vu le regard étonné de Valérian qu'une seule fois comme ce semble être le cas, seul le passé composé convient.
    Oui. Mais je ne comprends pas pourquoi l'imparfait est incorrect. Et s'il s'agit d'une description ? Comme ici, par exemple :
    Philippe Besson « Un homme accidentel »
    « Je peux savoir pourquoi ?» Je posais la question presque par routine, comme quelqu'un que la réponse indifférerait… Cependant, je sentais confusément que nous venions de basculer dans autre chose et je n'aurais pas été fichu de dire dans quoi.
    1-lorsque j’arrivais, ma mère est rentrée du marché.
    temps imparfait ,est utilisé pour exprimer une action qui dure dans le temps , qui se prolonge :vous rentrez doucement vous prenez votre temps pour rentrer chez vous..alors ...elle est rentrée: temps utilisé passé composé , ce fut bref et cela est intervenu dans le temps où vous étiez en train de ...
    Il en va de même pour tombait. Romane a frappé Valérian à la tempe et il est tombé.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    Merci beaucoup. J'ai lu le fil pendant que je traversais / quand j'ai traversé - temps, mais je ne comprends toujours pas pourquoi la phrase Lorsque Valérian tombait, Romane a intercepté son regard (entre autres) est impossible. J'ai compris qu'elle n'est pas naturelle pour les francophones, mais à mon avis il s'agit d'une description : pendant que Valérian tombait — sa chute a duré un certain moment —, Romane a croisé son regard. À mon avis, dans ce cas, il n'y a guère de différence entre lorsque, alors que et pendant que.
     

    nicduf

    Senior Member
    français
    "Alors que", "pendant que",introduisent une durée, mais je perçois "lorsque" plus proche de "au moment où", c'est-à-dire exprimant une simultanéité.Pour illustrer mon idée, je représenterais " alors que et pendant que par un trait et lorsque par un point, ce qui justifie l'emploi du passé-composé.Si vous souhaitez à tout prix employer l'imparfait, il faut changer la subordination et employer une subordination qui marquera une durée ,mais je pense que lorsque convient mieux.
     
    Last edited:

    Locape

    Senior Member
    French
    pendant que Valérian tombait — sa chute a duré un certain moment —, Romane a croisé son regard.
    Si Romane a frappé Valérian à la tempe et qu'il est tombé, sa chute n'a pas pu durer un moment, il était en apesanteur ou quoi ? Quand on vous frappe, on tombe tout d'un coup, en quelques secondes, ça ne dure pas un certain temps, ou alors il y a un truc que je n'ai pas compris... 'Quand Valérian est tombé, Romane a intercepté son regard'.
    'Lorsque j’ai vu le regard étonné de Valérian' est la seule solution possible. Mais pour moi, ça ne marche pas avec 'alors que' ou 'pendant que', ou bien ça décrit une action au ralenti dans la tête de Romane, ce qui donne l'impression que la chute de Valérian est une action qui dure, comme un film au ralenti.
     

    Maître Capello

    Mod et ratures
    French – Switzerland
    Oui, mais comme l'a suggéré Locape, cela donne l'impression que le temps se déroule au ralenti. On préfère donc la version au passé composé :

    Lorsque Valérian est tombé, Romane a intercepté son regard.
    Lorsque j'ai vu le regard étonné de Valérian, j'ai été convaincue qu'il s'agissait de Denis.
     

    Alessa Azure

    Senior Member
    russe
    cela donne l'impression que le temps se déroule au ralenti
    Oui, comme dans cet extrait :

    « Je peux savoir pourquoi ?» Je posais la question presque par routine, comme quelqu'un que la réponse indifférerait… Cependant, je sentais confusément que nous venions de basculer dans autre chose et je n'aurais pas été fichu de dire dans quoi. Philippe Besson « Un homme accidentel »
     

    nicduf

    Senior Member
    français
    Ces imparfaits expriment non pas les actions principales de cet interrogatoire mais ce qui se passe dans la tête de l'enquêteur pendant l'interrogatoire, c'est l'arrière plan du récit en quelque sorte.
     
    < Previous | Next >
    Top